la résistance au roulement

Previous Topic Next Topic
 
classic Classique list Liste threaded Arborescence
13 messages Options
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

la résistance au roulement

Gilles Anctil
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

RobertM
La courbe est une parabole dont la forme générale est (f(x) = ax*x + bx + c), une courbe du second degré, donc non linéaire. La vitesse au carré du véhicule nous amène à cette parabole. Je ne vois pas de facteur qui dépendent de la vitesse, la constante b est donc égale à zéro. Par contre, nous avons une constante c  = 3,8. L'équation devient donc

Ek = ½ mv*v + 3,8 puisque la constante « s'applique à toutes les vitesses » selon l'énoncé initial.

Pour le point (0,0), nous obtenons donc 3,8, comme il se doit. Si l'on veut exclure la constante 3,8 au point 0(,0) car elle ne correspond peut-être pas à la réalité pour une vitesse nulle, il suffit de prendre pour x une valeur dite « espilon », c'est-à-dire aussi petite qu'on peut l'imaginer. Utilisons 0,000000001, soit un milliardième de km / h par exemple, et « l'honneur est sauf » .
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

Réal D.
En réponse à ce message posté par Gilles Anctil
Lecture intéressante...  merci.

ici un autre article intéressant:
https://www.engineeringtoolbox.com/rolling-friction-resistance-d_1303.html

IONIQ électrique 2017 avec ensemble climat nordique
Borne EVduty 40 au travail.
Laval, Qc
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

Clovis
En réponse à ce message posté par RobertM
RobertM wrote
La courbe est une parabole dont la forme générale est (f(x) = ax*x + bx + c), une courbe du second degré, donc non linéaire. La vitesse au carré du véhicule nous amène à cette parabole. Je ne vois pas de facteur qui dépendent de la vitesse, la constante b est donc égale à zéro. Par contre, nous avons une constante c  = 3,8. L'équation devient donc

Ek = ½ mv*v + 3,8 puisque la constante « s'applique à toutes les vitesses » selon l'énoncé initial.

Pour le point (0,0), nous obtenons donc 3,8, comme il se doit. Si l'on veut exclure la constante 3,8 au point 0(,0) car elle ne correspond peut-être pas à la réalité pour une vitesse nulle, il suffit de prendre pour x une valeur dite « espilon », c'est-à-dire aussi petite qu'on peut l'imaginer. Utilisons 0,000000001, soit un milliardième de km / h par exemple, et « l'honneur est sauf » .
Heuuuuu...
On peut-y avoir une version allégée et.............. en français SVP ?????
Ceux qui crient au génie..................me laissent froid !
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

RobertM
Dans le texte diffusé par Gilles Anctil le 12 septembre dernier, l’auteur reconnaît qu’une résistance au mouvement est gênante lorsque la vitesse est nulle (le point (0,0)) et que la « courbe serait plus réaliste si ce point (0,0) n’existait pas ». Le hic est qu’une vitesse nulle, ça existe. Comment peut-on alors concilier la courbe avec la réalité? Dans ma réponse initiale, j’ai abordé le point d’un point de vue mathématique dans le prolongement de l’approche de l’auteur.

Mettons ça de côté et regardons l’aspect physique de ce qui est soumis. Dans le texte, on énonce l’hypothèse suivante sur la résistance au mouvement : «... donne 3,8 kWh / 100 km comme valeur à la résistance au mouvement et que cette valeur s’applique à toutes les vitesses ». L’erreur est ici car cette résistance au mouvement ne peut s’appliquer à toutes les vitesses. En effet, elle doit être nulle lorsque la vitesse est nulle. Je n’ai pas la réponse mais je doute que la résistance au roulement soit de 3,8 mWh / 100 km si je roule à 1 cm / sec. Autrement dit, la discontinuité que l’on observe dans la courbe initiale disparaîtrait si nous adoptions, pour la résistance au mouvement, une expression qui tienne mieux compte de la réalité pour les faibles vitesses.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

Clovis
Je comprend mieux, sauf que...
Formule mathématique mise-à-part, j'ai du mal à concevoir que la résistance au roulement n'augmenterait pas avec la vitesse, la friction des roulements et de la gomme sur la chaussée serait toujours de même valeur qu'importe la vitesse ?

Ceux qui crient au génie..................me laissent froid !
i
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

i
Ce message a été mis à jour le .
.
i
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

i
Ce message a été mis à jour le .
.
i
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

i
Ce message a été mis à jour le .
.
i
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

i
Ce message a été mis à jour le .
.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

Clovis
Pas trop de problème à suivre, les petites explications...

Ceci dit, intuitivement je n'arrive pas à m’ôter de la tête que le roulement bouffe plus d'énergie à 100 km/h qu'à 10.
Ou alors la différence serait insignifiante ?

Mais c'est pas grave, m'a m'y faire (comme dirait la baleine...)
Ceux qui crient au génie..................me laissent froid !
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

Sebas
Clovis wrote
Pas trop de problème à suivre, les petites explications...

Ceci dit, intuitivement je n'arrive pas à m’ôter de la tête que le roulement bouffe plus d'énergie à 100 km/h qu'à 10.
Ou alors la différence serait insignifiante ?

Mais c'est pas grave, m'a m'y faire (comme dirait la baleine...)
Votre intuition est bonne. La résistance au roulement est proportionnelle à la distance parcourue et à la masse.  Rien a voir avec la vitesse !
GR
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: la résistance au roulement

GR
Sebas wrote
Votre intuition est bonne. La résistance au roulement est proportionnelle à la distance parcourue et à la masse.  Rien a voir avec la vitesse !
Ce n'est pas mon domaine d'expertise mais outre le type surface (asphalte, béton, gravier, etc) qui est significatif, il y aurait aussi la pression des pneus qui influence la résistance au roulement et la vitesse logiquement pour cause d'augmentation de chaleur par la friction...

https://www.engineeringtoolbox.com/rolling-friction-resistance-d_1303.html
Chevrolet Volt 2013 (160,000 km)
Saturn SW2 2001 (remisée)
Passé récent:
Chevrolet Spark EV 2014 port combo CCS
Chevrolet Volt 2012, ≤ 0.8L/100 km
Accumule des e-km depuis 1er Juin 2012 et ça continu!