ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

Previous Topic Next Topic
 
classic Classique list Liste threaded Arborescence
9 messages Options
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

Yves Lefebvre
Loin de moi l'idée de projeter une image négative des véhicules électriques, bien au contraire. J'ai fait l'acquisition d'une Chevrolet Bolt 2018 le printemps dernier et je n'ai jamais été aussi heureux de conduire une auto avant d'avoir celle-ci. Je me préparais à cette acquisition depuis de nombreuses années et je m'en suis fait un point d'honneur. Mon propos d'aujourd'hui porte essentiellement sur deux aspects de la conduite d'un véhicule électrique.
Première constatation: quand vous faites des déplacements sur de longues distances (400 - 500km et plus) et qu'il est nécessaire de recharger en cours de route, rien ne sert de courir pour arriver à point. Sur l'autoroute, par exemple, si vous  avez l'habitude de rouler à 120 ou 125 km/h, l'autonomie du véhicule s'en ressentira assez fortement et donc vous devrez trouver un poste de recharge et vous y arrêter beaucoup plus tôt que si vous roulez à 95 ou 100 km/h. La différence peut valoir plusieurs dizaines de kilomètres, voire même une centaine de kilomètres, surtout par temps froid. Faites vous-même le calcul et vous verrez qu'à terme roulez rapidement ne vous fera pratiquement rien gagner en temps. Moi, j'en ai conclu que rouler électrique, c'est apprendre à être zen au volant et patient sur la route.
Deuxième constatation: Le froid. La température froide gruge l'autonomie sans demander votre avis. De plus les recharges effectuées dehors prennent plus de temps qu'en été, par exemple. Mais ça, ce n'est pas tellement surprenant et je m'y attendais. Ce qui me chicote, par contre, c'est le facteur «conditionnement de la batterie», qui pige de l'électricité de façon assez régulière et soutenue quand l'auto est inutilisée et branchée. J'ai tenté de connaître la consommation électrique de cette fonction bien nécessaire par temps froid pour maintenir la batterie à une température convenable. Je n'ai rien trouvé qui vaille à ce jour. C'est pourtant là un petit côté caché qui n'est pas mentionné quand on fait l'acquisition d'un V.É. Bien sûr, ce n'est pas très important en tant que tel, mais qu'on aimerait connaître tout de même, en tout cas que moi j'aimerais savoir. Alors, voilà ce que j'avais à dire en ce 26 décembre 2018. Je souhaite une bonne année à tous les utilisateurs de véhicules électriques et à ceux qui n'en sont pas, de songer à le devenir.
Yves Lefebvre
Val-David. Qc.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

rudyrednose
Yves Lefebvre wrote
...
J'ai tenté de connaître la consommation électrique de cette fonction bien nécessaire par temps froid pour maintenir la batterie à une température convenable. Je n'ai rien trouvé qui vaille à ce jour.
...
Bonne année à tous,

Pour répondre à ce genre de questions, j'ai ajouté ça à ma prise: https://www.amazon.ca/DROK-Digital-Multimeter-Voltmeter-Ammeter/dp/B01MRZAFAF/ref=sr_1_8?s=hi&ie=UTF8&qid=1545840783&sr=1-8&keywords=drok 


Volt LT 2017
Couronne nord MTL
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

André Bastien
Intéressant.

À quel endroit vous êtes vous procuré le petit boîtier pour y placer le multimètre?
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

Clovis
À première vue c'est un bête boitier 4X4 en PVC gris qu'on trouve chez RoNa dans la section électrique...  
Suffit de tailler une ouverture dans le couvercle pour l'afficheur.
Faut pas oublier un ti-coup de silicone pour étancher.

Il existe aussi des modèles wi-fi qu'on peux lire depuis son ordi.
Ceux qui crient au génie..................me laissent froid !
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

fsch
En réponse à ce message posté par Yves Lefebvre
Bonjour M. Lefebvre,

À propos de la vitesse optimale, en fait, ça dépend de la puissance de recharge en cours de route, mais étonnamment, l'optimal en temps total de trajet (sans égard à la consommation) est d'aller relativement vite. Je me rappelle avoir lu sur un forum de Tesla que l'optimum se situait vers 85 mph, soit 137 km/h! Je viens de faire mes propres calculs et j'arrive à 164 km/h pour une puissance de recharge moyenne de 80 kW, et 130 km/h pour une puissance moyenne de recharge de 40 kW. Détails mathématiques dans le fichier joint, incluant toutes les suppositions (souvent non réalistes) qui sont faites pour arriver à ces nombres.

Évidemment, il y a plein de circonstances particulières. Par exemple, s'il y a moyen de se rendre sur une seule charge en allant plus lentement, ou si les bornes ne sont pas à des endroits optimaux, par exemple loin de la route ou à des mauvaises distances entre elles ou par rapport à notre point de départ, ça change la stratégie. Le mieux est d'utiliser un des nombreux sites web pour optimiser un trajet en particulier.

Mais en général, la stratégie optimale pour minimiser le temps de trajet (sans égard à la consommation) est de rouler relativement vite, quitte à recharger plus souvent.

Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

André Bastien
Ce message a été mis à jour le .
fsch wrote
Mais en général, la stratégie optimale pour minimiser le temps de trajet (sans égard à la consommation) est de rouler relativement vite, quitte à recharger plus souvent.
Votre analyse est fort intéressante pour comprendre l’essentiel des facteurs en cause.

Cependant,
- l'hiver, les recharges sont très souvent beaucoup plus lentes avec des batteries très froides; certains VÉ ne rechargent qu'à 25 kW, donc la vitesse de croisière optimale serait plus lente, soit 112 km/h pour la recharge à 25 kW, selon votre formule;

- l'été, les VÉ dont les batteries ne sont pas assez refroidies rechargent moins vite également.  Rouler vite fait augmenter la température des batteries, donc, les temps et les coûts de recharge.

Aussi, en pratique, les autres facteurs que vous citez mais dont votre analyse ne tient pas compte ont des effets déterminants.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

Nlanj01
En réponse à ce message posté par Yves Lefebvre
L’hiver dernier dans la grande période de froid (12 jours plus froid que -15C) je n’ai pas utilisé mon auto pendant 3 jours et selon mon lecteur OBDII la voiture partait au 60-90 minutes pour une période variant de 5 à 15 minutes. À la fin d’une période de 24h nous avions environs 14kWh d’utiliser pour maintenir la batterie
Bolt EV Premier Bleue cinétique - 5 avril 2017 à
BMW i3 REx 2014 - 12 Mai 2016 à 5 avril 2017
Bornes EV-Duty et FLO X-5
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

Clovis
En réponse à ce message posté par André Bastien
Ma foi, il y en a ici qui sont bien plus compétents en maths que le vieux matou...

Et je dois ajouter que je n'ai jamais fait d'études comparées sur les bénéfices éventuels à différentes vitesses.
Sinon, évidemment en ce qui a trait à des destinations fréquentes...

Ainsi, si je vais skier à Bromont en hiver, je peux faire l'aller-retour avec la watture tant que la température se maintient au dessus de -5
Plus froid, j'arrête au St-Hubert de Bromont pour une période de 5-15 minutes selon la température extérieure...
Dans cette optique ou je recharge alors que j'ai fait 70km sur autoroute, plus je roule vite et plus je draine la batterie, mais plus cette dernière se réchauffe. Si elle est plus chaude, je vais récupérer au moins la même quantité d'énergie dans un même temps que si j'avais roulé plus lentement et arrivé à la BRCC avec plus d'électrons...
Comme l'électricité est tarifée à l'heure il n'y a pas d'avantage à abaisser la consigne de chauffage ou la vitesse.

Idem si je vais skier à Sutton, (*95km) je ne fais aucun effort pour maximiser mon autonomie puisque une fois à destination il y a des L2 gratuite sur place. Seul bémol, je dois me présenter très tôt pour être sûr de pouvoir me brancher...

Si je manque mon coup, le pire qu'il puisse arriver c'est que doive m'en retourner à la prochaine BRCC sur le REX.
Mais ce serait un réel problème pour quelqu'un ayant un VEÉ et la même batterie.






Ceux qui crient au génie..................me laissent froid !
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: ce qu'on entend moins souvent au sujet des V.É.

LeFuturEstEV
En réponse à ce message posté par Yves Lefebvre
Bien d’accord avec tes points. J’ajouterai que l’affichage de l’autonomie a un grand impact sur notre comportement, même si le calcul de celui-ci n’est pas très exact. Vous pensez pouvoir vous rendre au point B parce que l’afficheur vous dit que c’est possible avec une grande marge supplémentaire? Erreur! 50km d’autoroute en hiver n’est pas 50km par le chemin de campagne. Puis,le préchauffement à 17•c est bien suffisant surtout en voyant l’effet sur l’autonomie.
De plus, les Apps propose le chemin le plus court mais ce n’est pas nécessairement le chemin le plus éco énergique.

Finalement, je ne m’attendais pas à attendre dans le fin fonds d’un stationnement 25 minutes pour une recharge quand je suis habitué à gazer dans un lieu bien éclairé avec dépanneur, près de la grande route (voir mon témoignage sur mon trajet Montréal New York).

Bonne Année en VÉ!