Le Devoir vers 2014 en VE

Previous Topic Next Topic
 
classic Classique list Liste threaded Arborescence
2 messages Options
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Le Devoir vers 2014 en VE

Jean Désy
Voitures électriques: lentement, mais sûrement
 
Il ne se passe pas une semaine sans qu’un chroniqueur automobile se fasse questionner sur le sujet. Deux ans après la commercialisation à grande échelle de la première voiture « 100 % électrique » (Nissan LEAF), où en sommes-nous ? Tout dépend du point de vue.
 
Si l’on regarde le verre d’eau à moitié plein, on constate que l’offre se diversifie, lentement, mais sûrement : outre Nissan, Mitsubishi (i-Miev), Ford (Focus EV), Tesla et smart proposent des voitures électriques. Et n’oublions pas la Chevrolet Volt, une hybride rechargeable, capable de rouler entre 60 et 80 kilomètres en mode entièrement électrique avant que le moteur thermique ne prenne le relais. Les Toyota Prius, Ford Fusion et Ford C-Max hybrides proposent aussi une version rechargeable.
 
Si l’on regarde le verre à moitié vide, on recensait, au 30 septembre 2013, 2173 véhicules électriques sur les routes du Québec. C’est bien peu, d’autant plus que ceci comprend la Chevrolet Volt, qui représente plus de la moitié des ventes (plus de 1100 exemplaires) et qui n’est pas une véritable voiture électrique. Suivent ensuite la LEAF (314), l’i-Miev (200) et la Tesla Model S (118), une voiture dont le prix oscille autour de 100 000 $. La Prius rechargeable franchit tout juste le cap des 100 exemplaires vendus. Bref, on peut difficilement parler d’engouement, ici.
 
Néanmoins, le fait demeure que les véhicules électriques ne relèvent plus du fantasme. Ils existent bel et bien et leur nombre augmente lentement, mais sûrement. Faut-il préciser qu’il y a seulement cinq ans, aucun des grands constructeurs n’en fabriquait…
 
Puisqu’il est question de la Tesla… J’aurais bien aimé vous en parler. Ce n’est pas faute d’avoir essayé : au Salon de Los Angeles, l’an dernier, puis à celui de Detroit, en janvier, votre chroniqueur a fait son lobbying, en insistant sur le penchant « vert » du Devoir. Cela se présentait plutôt bien : la relationniste de Tesla était originaire d’Ottawa et elle connaissait LeDevoir. De toute évidence, je ne suis pas un grand lobbyiste : une voiture de presse a circulé au Québec l’été dernier, mais je n’ai pas fait partie des happy few. Si je la conduis un jour, je vous en parle, c’est promis !
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: Le Devoir vers 2014 en VE

André Bastien
Merci pour votre communiqué.  Pour l'essai d'une Tesla, vous pourrez toujours tenter votre chance au prochain salon de l'auto. :-)

Vous écrivez "Bref, on peut difficilement parler d’engouement, ici."  En fait, les véhicules électriques ont été très peu disponibles chez les concessionnaires cette année, aucun en salle de montre ou presque et aucune publicité.  L'engouement réel est beaucoup plus grand que ce que montre ces statistiques.